top of page
Rechercher

Quels sont les critères à retenir pour développer mon autonomie alimentaire et énergétique ?

Au niveau individuel, on cherche de plus en plus à atteindre une forme partielle ou complète de résilience, que ce soit par conviction, nécessité, éco-anxiété, effet de mode, peu importe. Mais on n'est pas tous logés à la même enseigne :

  • on n'a pas de terrain propre

  • on n'a pas tous accès à la propriété

  • on n'a pas spécialement les compétences intellectuelles ou techniques

  • on n'a pas toujours les budgets ou le temps

  • etc.

Néanmoins, il existe une base de critères "neutres" qui nous permettent d'extrapoler nos besoins et les moyens d'y parvenir.

Nous prendrons le cas de figure où nous avons accès à une maison modeste (en propriété ou en location), avec un jardin classique.


Cueillette de pommes dans notre jardin foret
Cueillette de pommes dans notre jardin foret

Commençons par le pourquoi (les besoins) :

Durabilité environnementale

En cultivant votre propre nourriture de manière biologique et en utilisant des sources d'énergie renouvelable, vous réduisez votre empreinte carbone et contribuez à la préservation de l'environnement en réduisant la dépendance aux ressources fossiles et en partie aux pratiques agricoles intensives de l'agro-business.


Sécurité alimentaire

En produisant une partie de votre propre nourriture, vous êtes moins vulnérable aux perturbations dans la chaîne d'approvisionnement alimentaire, comme les pénuries alimentaires ou les hausses de prix. Cela renforce votre sentiment sécurité et celle de votre famille et vous contribuez plus largement aussi à la sécurité alimentaire dans un cadre plus sociétal. En effet, vous pourvoir d'une partie de votre régime directement à votre propre source allège une petite charge sur la nécessité de production globale.


Des aliments plus sains

Les légumes et les fruits cultivés au pas de votre porte seront évidemment plus frais, plus sains et plus nutritifs que ceux achetés en magasin (attention à bien faire vos analyses de sol avant toute initiative malheureuse).

Vous avez un meilleur contrôle sur les pratiques agricoles et pouvez éviter l'utilisation de pesticides et d'engrais chimiques.


Économies

À long terme, la production de votre propre nourriture et la réduction de votre dépendance aux services publics traditionnels, du moins à 100%, peuvent entraîner des économies non négligeables sur vos factures d'épicerie et d'énergie.


Éducation et compétences

Le développement de l'autonomie alimentaire et énergétique dans le cadre de la permaculture vous offre l'opportunité d'apprendre des compétences précieuses en matière de jardinage, de conservation de l'énergie et de gestion des ressources. Ces compétences peuvent aussi être transmises à vos proches et à votre entourage qui en bénéficient et augmentent à leur tour leur indépendance.


Santé physique et bien-être

Jardiner et travailler en plein air contribue à votre bien-être, mental et physique. C'est une activité relativement agréable (quand on a l'habitude et que c'est bien planifié), extrêmement valorisante, qui aide à réduire le stress et à améliorer votre qualité de vie. Malgré le surmenage et la vie trépidante que nous connaissons, faire un tour au jardin, même quelques minutes, est tout aussi positif pour vous que pour vos légumes.


Soutien à la biodiversité

La permaculture, c'est optimiser le vivant qui nous entoure mais en l'écoutant, en l'observant, en faisant "avec" et en faisant "pour". Dès lors, avec de bonnes pratiques bien équilibrées et ajustées, on visera à obtenir une production "collaborative", qui favorise également la biodiversité. Votre espace devient ainsi un lieu vibrant de vie, et vous contribuez à la préservation de la faune et de la flore locales.


Respect de l'éthique permaculturelle

La permaculture repose sur trois éthiques fondamentales : prendre soin de la Terre, prendre soin des gens et partager équitablement les ressources. En développant votre autonomie alimentaire et énergétique, vous mettez en pratique ces éthiques en réduisant votre impact environnemental et en partageant vos connaissances avec la communauté.


Indépendance

Vous devenez moins dépendant des systèmes centralisés et avez plus de contrôle sur votre vie quotidienne, ce qui peut vous apporter une plus grande satisfaction et un sentiment de liberté.


 

Pour développer et planifier votre autonomie, voici les choses essentielles qu'il faut évaluer

Evaluation de la pente à l'aide des moyens du bord
Evaluation de la pente à l'aide des moyens du bord pour l'installation de baissières.

  1. Évaluation du site : Étudiez attentivement votre jardin pour comprendre son orientation, son ensoleillement, son sol et son microclimat. Cela vous aidera à planifier la disposition de vos éléments permaculturels.

  2. Planification : Créez un plan de conception en utilisant les principes de la permaculture, en incluant des zones fonctionnelles, des buttes, des chemins, et en maximisant l'utilisation de l'espace disponible.

  3. Gestion de l'eau : Intégrez la collecte d'eau de pluie en installant des cuves pour arroser votre jardin. Utilisez des techniques de gestion de l'eau, comme les baissières (talus en perpendiculaire) pour retenir l'eau dans le sol.

  4. Jardin potager : Aménagez un potager diversifié en utilisant des techniques telles que la culture en lasagnes, la culture sur buttes, et l'association de cultures pour maximiser la production alimentaire.

  5. Arbres fruitiers : Plantez des arbres fruitiers adaptés à votre région pour fournir des fruits frais et sains. Utilisez également des espèces d'arbres qui favorisent la biodiversité.

  6. Élevage : Si l'espace le permet, envisagez d'élever des poules pour les œufs ou d'autres animaux adaptés à votre situation. Les excréments d'animaux peuvent être utilisés pour enrichir le sol.

  7. Énergie : Investissez dans des solutions d'énergie renouvelable telles que des panneaux solaires photovoltaïques pour réduire votre dépendance aux combustibles fossiles.

  8. Compostage : Mettez en place un système de compostage pour recycler les déchets de cuisine et de jardin en précieux amendements pour le sol.

  9. Utilisation des ressources locales : Favorisez l'utilisation de matériaux et de ressources locales dans vos projets permaculturels pour réduire votre empreinte écologique.

  10. Éducation et partage : Apprenez continuellement et partagez vos connaissances avec la communauté locale pour créer un réseau de soutien et d'entraide.

  11. Pratiques durables : Adoptez des pratiques durables telles que la rotation des cultures, la conservation des semences, la gestion des ravageurs de manière biologique, et la réduction de la consommation d'énergie.

  12. Intégration de la faune : Favorisez la biodiversité en plantant des fleurs, des arbustes et des arbres qui attirent les pollinisateurs et d'autres espèces bénéfiques.

  13. Recyclage et réutilisation : Réduisez les déchets en recyclant et en réutilisant autant que possible. Par exemple, réutilisez les matériaux de construction et récupérez l'eau de pluie.

  14. Engagement communautaire : Collaborez avec vos voisins et votre communauté pour partager des ressources, des compétences et des récoltes.

En suivant ces critères et en adoptant une approche progressive, vous pourrez progressivement augmenter votre autonomie alimentaire et énergétique tout en contribuant à un mode de vie plus soutenable pour vous et pour la planète.


N'oubliez pas que la permaculture est un processus continu d'apprentissage et d'adaptation à votre environnement spécifique.


Si vous avez envie de savoir par où débuter, bienvenue au weekend d'intro à la permaculture des 11 & 12 novembre 2023.


Si vous avez envie de présenter votre propre projet, poser toutes vos questions et recevoir du feedback, allez voir du côté de la session intensive de coaching de projet.


Tarif de pré-inscription préférentiel jusqu'au 30 septembre 2023.


Les conserves et transformations fait maison après une saison
Les conserves et transformations fait maison après une saison

Comments


bottom of page